ISTRES AUTREFOIS – cartes postales anciennes

SOMMAIRE

1. Panoramas du centre ancien
Vers 1915 (image prise lors de l’inauguration de la ligne de chemin fer l’Estaque-Miramas).
Vue depuis le quartier de l’Oratoire (début XXème siècle).
Vue depuis les Baumes (1918).

Vue des champs à l’ouest du Vieil Istres (1921).
Autre vue champêtre.
Autre vue champêtre (1918).

Vue de l’olive formant le centre ancien (vers 1985).
Autre vue de l’Olive (vers 1935).

Retour en haut de la page


2. Le centre ancien, autour du Vieil Istres

Avenue des Martigues (début XXème siècle), actuellement avenue Hélène Boucher. Sur la gauche, l’entrée de l’hôtel de France
Avenue des Martigues.
Avenue des Martigues.

Avenue des Martigues avec l’actuel Stade Bar sur la droite.
Avenue de la République (appellation inchangée aujourd’hui).
Boulevard des Remparts. Aujourd’hui : boulevard Frédéric Mistral

Route du Tubé. . Aujourd’hui, Avenue Georges Guynemer.
Boulevard Dethez. (appellation inchangée aujourd’hui).
Boulevard Dethez..

Place de la mairie … au bout du boulevard de la République. Depuis le 14 décembre 2013, elle est remplacée avec ses satellites par la Cité Administrative au bord de l’étang de l’Olivier. Cette ancienne mairie est aujourd’hui consacrée aux traditions et aux associations qui gèrent le patrimoine régional.
Place de la mairie. On observe l’ancienne fontaine (obélisque ornée de 4 dragons).Elle est aujourd’hui déplacée dans le centre ancien (place des Bourras).
Place de la mairie. Avec la rue de la Bourgade, aujourd’hui Boulevard (piéton) Paul Painlevé.

Rue de la Juiverie. Actuellement, un pont de verre traverse la rue (locaux de l’Office du Tourisme). A gauche, la rue de la Roque.
Rue La Bourgade. Autrefois, elle était également nommée Boulevard des Remparts et aujourd’hui Boulevard Frédéric Mistral.
Rue de l’Etoile ou Rue de la Bourgade. Aujourd’hui Boulevard Paul Painlevé.

Rue de la Bourgade. (Boulevard Paul Painlevé).
Rue de la Bourgade. (Boulevard Paul Painlevé).
Le Cours. Vers 1960 avec ses deux contre-allées. Aujourd’hui, les allées Jean Jaurès (piétonnes depuis juin 2013).

Retour en haut de la page


Le cours (début XXème siècle).
Le cours (début XXème siècle).
Le Cours (début XXème siècle).

La porte d’Arles. .
La porte d’Arles.
La porte d’Arles.

L’avenue de la Porte d’Arles. … où l’entrée d’Istres autrefois … Aujourd’hui le boulevard Jean Lebas.
La porte d’Arles. La transhumance passe par Istres.
La porte d’Arles. Carte datée de 1906.

Cité Pujeade. (construite vers 1930 pour les besoins de la base aérienne).
Avenue de la Gare. (aujourd’hui Avenue Aristide Briand).
Avenue de la Gare. (aujourd’hui Avenue Aristide Briand).

Les HBM (Habitations Bon Marché).
Le casino Municipal ou Salle Léon Blum. Construit en 1933 sous l’ère Félix Gouin, il sera rénové pour devenir le Théâtre de l’Olivier. Le parvis porte toujours l’appellation Place Jules Guesde.
Le casino Municipal ou Salle Léon Blum.

Le collège Pasteur. Surnommée autrefois, école du bout d’Istres.
Le Collège Pasteur. Inauguré en 1886.
La route de Martigues … Elle sera plus tard surnommée Route de Fos avant de devenir le Boulevard Jean-Jacques Prat. (maire d’Istres 1854-1859).

Retour en haut de la page


Les premières arènes. D’après des plans de Johannis Gros, conseiller municipal, agent voyer cantonal et architecte communal.
Les premières arènes. Construites au début du XXème siècle. Remplacées aujourd’hui par le Palio.
Defilé de toréadors. Le cortège traverse la rue des Martigues et se rend aux arènes. Carte datée du 21 mai 1907.

Chapelle Saint Sulpice.
Début XXème siècle.
Chapelle Saint Sulpice.
Début XXème siècle.
Chapelle de la Bourgade.
Début XXème siècle. Détruite et remplacée en 2004 par l’église de la Sainte Famille.

La chapelle Saint Sulpice. Début XXème siècle. A l’abandon, trois cyprès traversaient la toiture.
Notre Dame de Beauvoir. L’entrée, début XXème siècle.
Chapelle de la Bourgade. L’intérieur, début XXème siècle.

Notre Dame de Beauvoir.
L’intérieur, début XXème siècle.
Rue de la Salpétrière.
Vieil Istres, début XXème siècle.
Pavillon de Grignan.
Début XXème siècle.

Retour en haut de la page


Le Pavillon de Grignan. Début XXème siècle.
L’hôtel des postes. Inauguré en 1949.
L’hôtel des postes. Autre vue.

La gare d’Istres. Vers 1920 après la mise en service de la liaison L’Estaque – Miramas.
La gare d’Istres. Vers 1920.
La gare d’Istres.

Le château des Baumes.
L’avenue des Baumes. Début XXème siècle. Aujourd’hui, le boulevard Dethez.
L’avenue des Baumes et le château au loin, écrit Ardouin sur la carte, nom du propriétaire de la bastide.

Les abbatoirs. Construits en 1912 et fermés en 1967. Sur l’emplacement actuel du Kiosque Marie Mauron.
Les abbatoirs. Ils baignaient presque dans l’étang de l’Olivier avant la création de la première esplanade Sainte Catherine vers 1931.
La bergerie. Au bas du Castellan, dans un quartier nommé La Grange (année 1906).

Retour en haut de la page


3. L’étang de l’Olivier

Les Arnavaux. L’anse et la roselière vers 1950
Les Arnavaux. Le rivage au bas du Castellan.
Canal de Cascaveau. L’entrée du canal côté étang de l’Olivier.

Les Arnavaux. Chasseurs au bas du Castellan, début XXème siècle.
Enghun. Le rivage où passe aujourd’hui la rocade ouest de l’étang.
Rouire. Un lieu-dit au nom oublié au nord-est de l’étang.

La Grosse Roche. Le premier pavillon (cercle privé et bourgeois) au début XXème siècle.
La Grosse Roche.
Un lieu emblématique de l’étang.
La Grosse Roche. Le cercle vers 1910.

La Grosse Roche.
Le second pavillon construit sur l’emplacement du précédent, vers 1932.
La Grosse Roche. Edher, Tournefort et Motta, trois militaires en permission, au bord d’une Grosse Roche, retirée lors de l’aménagement du rivage vers 1930.
La Grosse Roche. Vers 1950 environ.

La Grosse Roche.
Régates sur l’étang de l’Olivier.
La Joute Provençale (1902). Dans la barque au drapeau : Camille Pelletan, député puis sénateur des Bouches du Rhône (1881-1915) et ministre de la marine (1902-1905). Il accompagne Honoré Aymès, maire d’Istres.
La Joute Provençale. Au début du XXème siècle, les tournois de joutes se pratiquaient encore à l’est du Castellan, dans l’anse des Arnavaux.

L’anse Sainte Catherine.
Vue depuis le Castellan vers 1950.
L’anse Sainte Catherine avec la première esplanade créée par Félix Gouin en 1931. La carte porte le timbre de la course d’avions Istres Paris Damas (1937) retracée par Christian Giroussens dans le bulletin n°36 des AVI.
L’anse Sainte Catherine.
Vue depuis la Grosse Roche.
(Début XXème siècle).

L’anse Sainte Catherine.
Vers 1935.
L’anse Sainte Catherine.
(Début XXème siècle).
L’anse Sainte Catherine.
Vers 1950.

Retour en haut de la page


4. Sur les bords de l’étang de Berre

La plage de Jeanone (diminutif provençal de Jean, prénom du propriétaire). Au loin, la route du Delà.
La route de Saint-Chamas ou route du Delà.
Le Pavillon Tournon, près de la plage de Jeanone et appartenant à Joseph Tournon, maire d’Istres 1866-1870.

La plage de Jeanone. Ancien port d’Istres jusqu’au début du XXème siècle.
Pêcheurs au bord de l’étang de Berre.
Plage de Jeanone et l’ancien port de pêche istréen.

Plage de la Romaniquette. En haut, le moulin de Cascaveau qui fonctionnait avec le canal de Boisgelin et à droite, la chute du canal de Craponne.
Vue de Cascaveau et de la Romaniquette.
Plage de Varage.

Le vaisseau de Suffren.
Source Saint Pierre.
Vers les Heures Claires.

Retour en haut de la page


5. Les hameaux istréens

Rassuen. L’usine de soude, fin XIXème siècle.
Rassuen. L’usine et les salins alimentés en saumure par l’étang de Lavalduc.
Rassuen. Ouvriers à la sortie de l’usine en 1897.

L’usine de Rassuen (images non datées).

Rassuen. La gare.
Rassuen. Tour et la chapelle Saint Félix.
Rassuen. Vue générale (1982).

Entressen. Allée du café Gibert.
Entressen. L’église, remplacée en 1999 par l’église Saint Paul.
Entressen. Le lavoir municipal, près de la place des blagaire (où l’on blague).

Entressen. Quartier de la gare.
Entressen. Quartier de la gare.
Entressen. Devant la gare.

Entressen. L’école ménagère, avenue de Mouriès (aujourd’hui avenue de la Crau).
Entressen. Le monument aux morts.
Entressen. Le château de Suffren.

Entressen. La tour de la reine Jeanne construite en 1341.
Entressen. La tour de la reine Jeanne (gravure de 1862, dessin de A. De Bar, d’après Charles de Larembergue.
Ranquet. (vers 1950).

Ranquet.
Ranquet. Le port.
Ranquet.

Retour en haut de la page


6. Peintures

Istres à la fin du XVIIIème siècle avec le Castellan et l’étang de l’Olivier, daté de 1792. Dessin à la plume et à l’encre brune de A. Meunier (17XX-18XX), gravé par François-Denis Née (1732-1818) pour l’ouvrage de Jean Benjamin De Laborde (Voyage Pittoresque de la France avec description de toutes les provinces).

Istres, Parc Saint Pierre (ou le vaisseau de Suffren aux Heures Claires), daté de 1792. Dessin à la plume et à l’encre brune de A. Meunier (17XX-18XX), gravé par François-Denis Née (1732-1818) pour l’ouvrage de Jean Benjamin De Laborde (Voyage Pittoresque de la France avec description de toutes les provinces).

Parc Saint-Pierre, vue du souterrain taillé dans le roc … (ou grotte de l’abbé Régis, les Heures Claires) daté de 1792. Dessin à la plume et à l’encre brune de A. Meunier (17XX-18XX), gravé par François-Denis Née
(1732-1818) pour l’ouvrage de Jean Benjamin De Laborde (Voyage Pittoresque de la France
avec description de toutes les provinces).

Les bords de l’étang de Berre, et la route du Delà par Etienne Robert, peintre provençal né à Marseille le 29 décembre 1876.

Une autre peinture d’Etienne Robert sur la route du Delà et la plage de Jeanone.

Le centre ancien, les HBM et les champs vus depuis le Castellan. Peinture de Louis Sicardi (1907-1995), l’un des membres fondateurs des Amis du Vieil Istres.

Retour en haut de la page


Istres et l’Olivier. Eau-forte numérotée de Joanny Drevet (1889-1969), datée de 1941.
On observe sur la gauche le Chemin du Safre.

Etang del’Olivier, Anse du Castellan. Eau-forte de Joanny Drevet (1889-1969), datée de 1940.
C’est en fait l’anse des Arnavaux vue du Castellan.

Eglise d’Istres (Notre Dame de Beauvoir). Eau-forte de Joannès Drevet (1854-1940),
père du précédent Joanny.

Les champs au bas du centre ancien et l’étang de l’Olivier. Peinture d’Eugène Aquaron (1903-1994), l’un des membres fondateurs des Amis du Vieil Istres.

Une autre peinture d’Istres par Eugène Aquaron.

Le célèbre maire d’Istres Félix Gouin en 1945 par le peintre Jean Julien (1878-1968).

La tour d’Entressen dite de la Reine Jeanne. Gravure ancienne …

Barque dans le tunnel de Cascaveau reliant les étangs de Berre et de l’Olivier
(Dessin à l’encre de Chine d’Ernest Thieux, 1882).

Tableau de l’istréen Jean-Louis Gury qui reçut en 2007, le Grand prix du public au Grand prix de peinture organisé par la municipalité dans le cadre de Faites du Sport. Inspiré d’une photo des années 30, son œuvre représente la scène d’une guinguette placée sur l’actuelle esplanade Sainte Catherine, au temps des premiers mandats de Félix Gouin. On reconnait l’étang qui bordait les HBM, les abattoirs et au-dessus une colline encore vierge : l’Oratoire où seront bâtis d’autres HLM en 1953 !

Retour en haut de la page


7. Le camp d’aviation

Un avion Nieuport.
survole le Vieil Istres.
Panorama du camp.
Panorama du camp.
Carte colorisée.

Sur la piste.
Avions au repos.
Survol de l’école
par une escadrille de parasols Morane-Saulnier.
Survol de l’école.

Survol de l’école
par un Breguet en rase-motte.
Les ateliers.
Les ateliers.
Avec un Bernard-Ferbois au montage.

L’entrée du camp.
L’entrée du camp.
L’entrée du camp.

L’infirmerie et le château d’eau.
La cantine.
La cour d’Honneur et la tour à parachutes.

Retour en haut de la page


Avion sanitaire.
Un départ vers Le Caire.
Avion d’entrainement.

Le Goliath.
Emplois divers selon modèle.
Le Gourdou.
Avion de chasse.
Le Spad 54.
Avion école.

Le Breguet 27.
Reconnaissance et bombardement léger.
Le Breguet 411.
Combat, reconnaissance et bombardement.
Avion Handley-Page : l’Héléna.
Long courrier.

Le Caudron 59.
Emplois divers (militaires et civils)
Un autre Caudron 59.
Le Caudron Luciole
Tourisme.

Un Morane-Saulnier …
Le Morane-Saulnier 130.
Entrainement et perfectionnement.
Le Morane-Saulnier 230.
Entrainement et perfectionnement.

Le Potez 36.
Tourisme
Le Potez 25.
Observation et bombardement.
Le Potez 43.
Tourisme, sport.

Retour en haut de la page


Le Nieuport-Delage 62.
Avion de chasse.
Le Nieuport-Delage 29.
Avion de chasse.
Un Nieuport-Delage.
Avion école.

Blériot Joseph Le Brix.
Avion de raid.
Avion bifuselage S.P.C.A.
Avion Push Mott
Tourisme.

Avion monomoteur S.P.C.A.
Ecole d’aviation
La piste des Barbas.
Avion quadrimoteur Farman
Bombardier.

Hydravions CAMS E30.
A l’étang de l’Olivier.
Plage de Monteau. Etang de Berre.
Hangar pour hydravions .
Plage de Monteau. Etang de Berre.
Pour de nombreux anciens istréens, Jean-Henri Fabre aurait décollé de Monteau pour ammérir à La Mède …

La tour à parachutes.
Militaires du 2ème régiment
d’aviation d’Istres.
Un Morane survole la base.

Retour en haut de la page


8. Autres cartes

Chapelle Saint Etienne.
Avant l’effondrement du toit.
(image Saint Etienne Renaissance).
La Parabière. 1973, cet ancien ruisseau qui recueille aujourd’hui une partie du réseau pluvial de la ville) déborde près de sa source qui naissait à côté de l’ancien stade Bernard Bardin, démoli en 2012 et 2013 pour accueillir des logements sociaux.
La fête à Istres.
Image prise lors de la fête de la Saint Etienne en aout 1899 (les fêtes d’Istres aujourd’hui).

Les olivades.
Le 25 novembre 1903.
Tonte des moutons. L’équipe istréenne au concours de tonte de moutons en 1927.
Attelage en crau. Un paysan istréen transporte du foin de Crau bien avant l’obtention du label AOC.

L’huile d’olive. Au moulin Arnaud, à l’époque de l’âge d’or de l’or vert à Istres.
Le relais routier de Fanfarigoule. Actuellement en ruine sur « l’ancienne route de Fos » qui passait devant le Moutonnier.
Un accident de train au Plan d’Aren. Entre les étangs de Lavalduc et de l’Engrenier, déraillement d’un train de marchandises le 20 mars 1903.

Chapelle Saint Michel. Inauguration après restauration lors de la fête de la Saint Jean 1993. Au centre, les soeurs Mistral (Amis du Vieil Istres) qui ont offert la cloche. Elle sera volée mais remplacée …
Le Carnaval. Cavalcade de la mi-carême en 1898 à Istres, char de la société La Manarre du cours.
Souvenirs d’Istres

Trois arlésiennes … Des istréennes en fait … car à Istres, on porte le costume … d’Arles.

Retour en haut de la page